International Luxemburgist Forum - Foro Luxemburguista Internacional - Forum Luxemburgiste Intl

Forum for those in general agreement with the ideas of Rosa Luxemburg.
Foro para aquellos que tienen un acuerdo general con las ideas de Rosa Luxemburgo.
Forum pour ceux qui ont un accord général avec les idées de Rosa Luxembourg.

Translations

Log in

I forgot my password

Navigation

Latest topics

» Macron : un nouveau patron au service du vieux capitalisme
Mon Jun 19, 2017 1:05 am by Atreides

» ODA A LA POBREZA
Sat Jun 03, 2017 11:15 am by francisc

» EN CONTRA EL YIHADISMO...
Thu May 04, 2017 10:54 am by francisc

» Por lo Público, por lo Común
Sun Apr 02, 2017 11:28 am by luxemburguista

» 1º de Mayo: Recuperemos Derechos y Libertades
Sun Apr 02, 2017 11:24 am by luxemburguista

» ORRUPCIÓN, TRAMA, EXTORSIÓN
Sat Apr 01, 2017 10:35 am by francisc

» LOS FUNCIONARIOS PONCIO PILATOS Y LA CORRUPCIÓN
Fri Feb 17, 2017 5:01 am by francisc

» Critique Sociale
Sun Jan 29, 2017 4:27 pm by Atreides

» POR UNA PAZ PERDURABLE EN SIRIA
Wed Dec 14, 2016 4:19 am by francisc

Who is online?

In total there are 2 users online :: 0 Registered, 0 Hidden and 2 Guests :: 1 Bot

None


[ View the whole list ]


Most users ever online was 368 on Sun Feb 19, 2012 3:15 am

Statistics

Our users have posted a total of 4408 messages in 1415 subjects

We have 190 registered users

The newest registered user is Mundialista


    En Grèce et ailleurs, combattons l’austérité capitaliste !

    Share
    avatar
    Atreides

    Number of posts : 168
    Group : Démocratie Communiste - Luxemburgiste
    Website : http://www.critique-sociale.info/
    Registration date : 2008-04-16

    En Grèce et ailleurs, combattons l’austérité capitaliste !

    Post  Atreides on Tue Jun 30, 2015 9:04 am

    En Grèce et ailleurs, combattons l’austérité capitaliste !

    Un spec­ta­cu­laire rebon­dis­se­ment vient de se pro­duire concer­nant la situa­tion écono­mique de la Grèce : le chef du gou­ver­ne­ment, Alexis Tsi­pras, a inter­rompu les négo­cia­tions en cours avec l’Eurogroupe (c’est-à-dire les 18 autres Etats membres de la zone euro) et a appelé à un réfé­ren­dum le 5 juillet, en deman­dant de voter contre les pro­po­si­tions des créan­ciers de la Grèce. Le plan en dis­cus­sion, nou­velle dose d’austérité, était en effet inacceptable.

    Mais il ne faut pas en res­ter aux appa­rences. Ce n’est pas un « pro­blème grec ». La situa­tion actuelle est une consé­quence de la crise capi­ta­liste en cours depuis 2007–2008 et de sa ges­tion au sein de l’Union euro­péenne, sur la base de deux dogmes : l’austérité et le rem­bour­se­ment des dettes publiques. On en connaît les consé­quences : de ter­ribles reculs sociaux, la hausse des inéga­li­tés, et acces­soi­re­ment une forte aug­men­ta­tion des dettes publiques qu’on pré­ten­dait jus­te­ment faire baisser.

    Le refus par les tra­vailleurs de Grèce – et de toute l’Europe – de l’austérité est une néces­sité, réfé­ren­dum ou pas. Néan­moins, la sor­tie de l’euro ne résou­drait pas la situa­tion de la Grèce. Pire, la déva­lua­tion de la nou­velle mon­naie « natio­nale » pour­rait avoir des effets catas­tro­phiques pour les plus pauvres. Par ailleurs, que des tra­vailleurs en Grèce votent oui, non, ou s’abstiennent lors du réfé­ren­dum, ce qui pour­rait réel­le­ment chan­ger les choses, ce serait leur auto-organisation à la base, pour prendre les choses en main hors du cadre capi­ta­liste et étatique. Le gou­ver­ne­ment de Syriza n’est qu’un gou­ver­ne­ment bour­geois « de gauche » et, s’il s’oppose effec­ti­ve­ment à l’austérité aujourd’hui, ce n’est en revanche pas lui qui chan­gera radi­ca­le­ment les rap­ports sociaux, mais les tra­vailleurs eux-mêmes. Il faut se méfier des expres­sions abs­traites comme « les Grecs » ou « le peuple grec » : il y a en fait dif­fé­rentes classes sociales. Notre soli­da­rité va aux classes popu­laires en Grèce – quelle que soit la natio­na­lité de tel ou tel – et abso­lu­ment pas aux capi­ta­listes et bureau­crates qui sont en grande par­tie res­pon­sables de l’actuelle situa­tion sociale dra­ma­tique. Nous ne pou­vons céder à aucune des variantes du natio­na­lisme, même si on l’appelle « sou­ve­rai­nisme » ou « patrio­tisme », qui ne sont pas des solu­tions mais font par­tie du pro­blème. Il n’y a aucun ave­nir pour aucune solu­tion « natio­nale », ni en Grèce, ni en France, ni ailleurs. Les tra­vailleurs et les classes popu­laires de Grèce n’ont rien à gagner à s’enfermer dans des fron­tières pour comp­ter avec leurs patrons des brouettes de drachmes déva­luées. S’il faut, à coup sûr, refu­ser toute aus­té­rité, résis­ter aux sirènes du sou­ve­rai­nisme reste un impératif.

    La mobi­li­sa­tion doit donc dépas­ser les fron­tières. Com­bat­tons l’égoïsme et la défense des banques par les gou­ver­ne­ments de l’Union euro­péenne. Il ne s’agit pas de s’en remettre à un gou­ver­ne­ment, mais de créer une action com­mune des tra­vailleurs et pré­caires en Europe et dans le monde, contre l’austérité et pour la répu­dia­tion des dettes publiques :
    - par la soli­da­rité directe du mou­ve­ment ouvrier des dif­fé­rents pays avec les tra­vailleurs en Grèce ;
    - par la lutte contre les plans d’austérité dans tous les pays (pour le retrait du « pacte de res­pon­sa­bi­lité » et de la loi Macron en France par exemple) ;
    - par la construc­tion d’une mobi­li­sa­tion simul­ta­née au sein de tous les pays d’Europe, de type grève géné­rale, contre les poli­tiques au ser­vice du capi­ta­lisme, per­met­tant de créer un espace de démo­cra­tie directe à la base. Il faut pour cela rompre avec les ins­ti­tu­tions capi­ta­listes et étatiques, qu’elles soient euro­péennes ou nationales.

    Soli­da­rité avec les tra­vailleurs, les pré­caires, les chô­meurs et les jeunes en Grèce et ailleurs, qui subissent l’austérité et la vio­lence capi­ta­liste ! Riposte inter­na­tio­na­liste auto-organisée !

    Critique Sociale, le 30 juin 2015.
    http://www.critique-sociale.info/1069/en-grece-et-ailleurs-combattons-lausterite-capitaliste/

      Current date/time is Tue Jun 27, 2017 7:54 am