International Luxemburgist Forum - Foro Luxemburguista Internacional - Forum Luxemburgiste Intl

Forum for those in general agreement with the ideas of Rosa Luxemburg.
Foro para aquellos que tienen un acuerdo general con las ideas de Rosa Luxemburgo.
Forum pour ceux qui ont un accord général avec les idées de Rosa Luxembourg.

Translations

Log in

I forgot my password

Navigation

Latest topics

» SOBRE LO QUE OCURREEN CATALUNYA
Mon Oct 16, 2017 10:51 am by francisc

» Critique Sociale
Thu Sep 07, 2017 2:32 am by Atreides

» Macron : un nouveau patron au service du vieux capitalisme
Mon Jun 19, 2017 1:05 am by Atreides

» ODA A LA POBREZA
Sat Jun 03, 2017 11:15 am by francisc

» EN CONTRA EL YIHADISMO...
Thu May 04, 2017 10:54 am by francisc

» Por lo Público, por lo Común
Sun Apr 02, 2017 11:28 am by luxemburguista

» 1º de Mayo: Recuperemos Derechos y Libertades
Sun Apr 02, 2017 11:24 am by luxemburguista

» ORRUPCIÓN, TRAMA, EXTORSIÓN
Sat Apr 01, 2017 10:35 am by francisc

» LOS FUNCIONARIOS PONCIO PILATOS Y LA CORRUPCIÓN
Fri Feb 17, 2017 5:01 am by francisc

Who is online?

In total there are 5 users online :: 0 Registered, 0 Hidden and 5 Guests :: 1 Bot

None


[ View the whole list ]


Most users ever online was 368 on Sun Feb 19, 2012 3:15 am

Statistics

Our users have posted a total of 4410 messages in 1416 subjects

We have 194 registered users

The newest registered user is ZiggyT


    Macron : un nouveau patron au service du vieux capitalisme

    Share
    avatar
    Atreides

    Number of posts : 169
    Group : Démocratie Communiste - Luxemburgiste
    Website : http://www.critique-sociale.info/
    Registration date : 2008-04-16

    Macron : un nouveau patron au service du vieux capitalisme

    Post  Atreides on Mon Jun 19, 2017 1:05 am

    Il ne faut pas s’arrêter au carac­tère risible du per­son­nage Macron : Napo­léon III était tout aussi ridi­cule, les cir­cons­tances ne lui en ont pas moins donné un rôle his­to­rique. Le nou­veau pré­sident et son mou­ve­ment « En marche » forment une nou­velle droite, qui s’inscrit plei­ne­ment dans l’air du temps indi­vi­dua­liste, qui pré­tend « don­ner sa chance » à cha­cun pour deve­nir un « win­ner » – et tant pis pour tous ceux qui res­te­ront les per­dants de l’histoire et subi­ront de plein fouet les inégalités.

    Der­rière les appa­rences « modernes » de cette droite du 21e siècle, cher­chant ses modèles dans les start-up et l’économie numé­rique, il y a un cou­rant poli­tique qui défend les inté­rêts de la classe capi­ta­liste. Macron et ses par­ti­sans incarnent en effet la conti­nua­tion d’un vieux monde dominé par le mode de pro­duc­tion capi­ta­liste. Certes, ils ont quelques dif­fé­rences avec la droite clas­sique issue du RPR, récem­ment per­son­ni­fiée de façon cari­ca­tu­rale par Fillon et ses cas­se­roles, mais les fon­da­men­taux sont les mêmes. Il n’a d’ailleurs pas fallu attendre long­temps pour voir chez des ministres macro­nistes les mêmes méthodes d’emplois fic­tifs, de conflits d’intérêts et de menaces contre la liberté de la presse.

    L’enjeu cru­cial de la situa­tion, c’est de savoir si Macron pourra appli­quer son pro­gramme d’adaptation à l’idéologie mana­gé­riale, qui est notam­ment pro­mue par les géants d’internet comme Google.

    Sur le plan poli­tique, Macron pré­tend « renou­ve­ler » les poli­ti­ciens en place et cer­taines pra­tiques. Pour don­ner le change, il paraît en effet utile que le per­son­nel poli­tique qui fait tour­ner l’État capi­ta­liste soit de temps en temps renou­velé, ou du moins que la façade soit repeinte. Sur ce plan, Macron repré­sente une ten­ta­tive de rajeu­nir les appa­rences de la 5e Répu­blique, afin d’en main­te­nir les aspects anti-démocratiques et monar­chi­sants. Tout à l’inverse, l’exigence de sup­pres­sion du poste de pré­sident de la Répu­blique est aujourd’hui qua­si­ment inau­dible, tant elle va à l’encontre de l’idéologie dominante.

    L’essentiel se joue néan­moins sur le plan écono­mique et social. Là, le pro­gramme Macron va net­te­ment dans le sens des demandes du patro­nat, et du Medef en par­ti­cu­lier. La nette majo­rité dont il dis­pose à l’Assemblée natio­nale paraît lui ouvrir la voie à l’application de ces mesures. Pour­tant, l’abstention a pour la pre­mière fois été majo­ri­taire lors des élec­tions légis­la­tives, ce qui montre qu’il n’y a pas un grand enthou­siasme dans la majo­rité de la popu­la­tion. Ce qui sera déci­sif, c’est l’ampleur de la riposte sociale face aux attaques de Macron contre les tra­vailleurs, les pré­caires, les chô­meurs et les jeunes.

    Si nous ne sommes pas de fer­vents défen­seurs du Code du Tra­vail, docu­ment qui ne fait qu’encadrer l’exploitation et l’aliénation des pro­lé­taires, nous com­bat­tons par contre tous ceux qui veulent détruire les pro­tec­tions et garan­ties col­lec­tives arra­chées par les luttes des tra­vailleurs. C’est dans cette logique que nous par­ti­ci­pe­ront aux luttes à venir sur ce thème.

    Rien n’est écrit sur les 5 ans à venir. La clé est la capa­cité des tra­vailleurs, des classes popu­laires, à s’auto-organiser dans la lutte, à s’unir sur des reven­di­ca­tions à la fois défen­sives et offen­sives – comme la baisse du temps de tra­vail – et à créer à la base de nou­veaux espaces de dis­cus­sion, de déci­sion et de mobi­li­sa­tion. Le rap­port de forces entre les classes sociales nous est aujourd’hui défa­vo­rable, il ne tient qu’à nous tous de le renverser.

    Critique Sociale, 19 juin 2017.
    http://www.critique-sociale.info/

      Current date/time is Sun Oct 22, 2017 12:34 am