International Luxemburgist Forum - Foro Luxemburguista Internacional - Forum Luxemburgiste Intl

Forum for those in general agreement with the ideas of Rosa Luxemburg.
Foro para aquellos que tienen un acuerdo general con las ideas de Rosa Luxemburgo.
Forum pour ceux qui ont un accord général avec les idées de Rosa Luxembourg.

Translations

Similar topics

    Log in

    I forgot my password

    Navigation

    Latest topics

    » Critique Sociale
    Mon Sep 05, 2016 11:54 am by Atreides

    » QUÉ HACER ANTE UN CUERPO SOCIAL EN DESCOMPOSICIÓN
    Thu Sep 01, 2016 11:35 am by francisc

    » EL BREXIT EL AUTO GOLPE Y EL YIHADISMO
    Mon Aug 01, 2016 11:25 am by francisc

    » ¿PUCHERAZO?
    Tue Jun 28, 2016 9:45 am by francisc

    » 18 de Junio: MANIFESTACIÓN EN DEFENSA DE LO PÚBLICO
    Mon Jun 06, 2016 11:42 am by luxemburguista

    » Contre la "loi travail", passons à la vitesse supérieure !
    Wed Mar 30, 2016 6:03 am by Atreides

    » Reunion Publique du CCI
    Tue Jan 05, 2016 3:00 pm by rubion

    » EL CONTEXTO PRESENTE Y FUTURO DE CATALUNYA DEBE DE BASARSE EN LOS CIUDADANOS Y NO EN PACTOS
    Tue Jan 05, 2016 10:05 am by francisc

    » LA ENCRUCIJADA SIRIA
    Sat Jan 02, 2016 11:25 am by francisc

    Who is online?

    In total there are 3 users online :: 0 Registered, 0 Hidden and 3 Guests :: 1 Bot

    None


    [ View the whole list ]


    Most users ever online was 368 on Sun Feb 19, 2012 3:15 am

    Statistics

    Our users have posted a total of 4399 messages in 1407 subjects

    We have 189 registered users

    The newest registered user is sebastianIII


      Succès du 29 janvier : quelles suites ?

      Share

      Atreides

      Number of posts : 166
      Group : Démocratie Communiste - Luxemburgiste
      Registration date : 2008-04-16

      Succès du 29 janvier : quelles suites ?

      Post  Atreides on Thu Feb 12, 2009 9:22 am

      La journée de grève et de manifestations du 29 janvier 2009 a été une réussite, bien au delà des prévisions. Il s'agissait d'exiger la fin des licenciements et des autres suppressions de postes, la hausse des salaires, la défense du service public, et le retrait des contre-réformes du gouvernement.
      Deux millions et demi de manifestants ont fait du 29 janvier un succès massif et populaire, qui montre que les travailleurs, chômeurs, et étudiants, se sont saisis de cette journée unitaire de mobilisation pour tenter de changer la situation, en allant à l'encontre des politiques du gouvernement et du patronat. C'est ainsi qu'on a vu dans les manifestations des pancartes « Sarkozy démission », ou encore le désormais fameux « Casse-toi pauv' con » retourné à Sarkozy, qui, au delà de l'humour, signifie au fond : casse-toi du pouvoir.

      Pour les classes dirigeantes, la crise actuelle est arrivée comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Mais pour de nombreux travailleurs - précarisés, sous-payés, pressurisés - la situation avant la crise était déjà mauvaise, et la crise ne fait que l'aggraver encore plus.
      Il y a incontestablement urgence.

      D'ailleurs, des mobilisations se poursuivent et se développent, secteur par secteur. Le 10 février, les manifestations de l'enseignement supérieur ont rassemblé 100.000 professeurs et étudiants, pour le retrait des réformes actuelles et pour plus de postes et de moyens. La mobilisation s'est cristallisée autour d'un projet de modification du statut des enseignants-chercheurs, mais la grève porte également d'autres revendications : outre le retrait du projet Pécresse, c'est aussi contre les réformes LRU, et parfois aussi LMD-ECTS, que la lutte se poursuit.
      La logique des réformes en cours depuis plusieurs années conduit à instaurer des « PDG d'université ». C'est un élément d'une logique d'ensemble qui consiste à casser les facs en tant que services publics, et à les gérer comme des entreprises - pour progressivement les transformer en entreprises.
      Il ne faut en effet pas oublier que, là comme ailleurs, la tendance à la privatisation se poursuit, alors même qu'elle a reçu un désaveu cinglant avec la crise actuelle. D'autre part, on retrouve à l'université les mêmes problèmes qu'ailleurs : précarisation, suppression de postes, sous-financement... On voit que la convergence entre les différents secteurs n'est pas difficile à envisager.

      Autre secteur en pointe : les grèves générales en cours à la Guadeloupe et à la Martinique, qui font face au mépris du gouvernement. Si la force de la mobilisation (grève et manifestations) a permis des avancées, comme la baisse des prix sur certains produits de première nécessité, le gouvernement et le patronat refusent toujours les augmentations de salaires - la revendication est en Guadeloupe de 200 euros nets en plus par mois pour les bas salaires.
      Mais plutôt que de répondre à l'élémentaire revendication de hausse des salaires, le gouvernement préfère envoyer en Martinique... deux escadrons supplémentaires de gendarmes mobiles.

      Etant donné cette situation, on doit déplorer que les directions syndicales se soient laissées endormir par l'intervention télévisée de Sarkozy du 5 février : la date qu'ils ont décidé pour une nouvelle journée de mobilisation - le 19 mars - est beaucoup trop tardive. De plus, il semble évident au vue de son discours et de celui du MEDEF que rien de décisif en faveur des salariés ne pourra sortir de la réunion du 18 février. Pourquoi alors attendre l'inévitable constat d'échec de cette rencontre avant de décider clairement d'un appel à la grève pour le 19 mars ? A ce niveau, la « modération » et l'attentisme des directions syndicales ressemblent fort à de l'irresponsabilité.

      Lors de son show du 5 février, Sarkozy n'a manifestement pas répondu aux revendications des manifestants du 29 janvier : aucune des contre-réformes n'a été retirée, aucune augmentation du SMIC et des minimas sociaux n'a été décidée, et comme l'ont dit les syndicats de la fonction publique dans une déclaration du 11 février : « aucune des revendications des personnels n’a été prise en compte ».

      Pire, Sarkozy poursuit la logique des attaques continues contre les services publics. Il veut poursuivre les 30.000 suppressions de postes dans la fonction publique pour l'année 2009, et annonce que des dizaines de milliers d'emploi vont continuer à être détruits chaque année par l'Etat. Sa justification vaut le détour : il annonce qu'avec ces suppressions de postes par non-remplacement de la moitié des fonctionnaires partant en retraite, il y aurait en 2012 le « même nombre de fonctionnaires qu'en 1992 ». Il n'y a vraiment que Sarkozy pour faire semblant d'ignorer que la population a augmenté depuis 1992 de 7 millions, et que cette croissance démographique va sans nul doute se poursuivre d'ici à 2012 ! La comparaison avec 1992 est donc d'une malhonnêteté évidente.
      Les multiples mensonges qu'il a enchaîné lors de son intervention du 5 février lui servent à couvrir une politique qui est menée au bénéfice des privilégiés, et au détriment de la majorité (salariés, chômeurs, jeunes...).

      Face à l'intransigeance gouvernementale, la coordination nationale de l'enseignement supérieur du 11 février a appelé à l'extension du mouvement à l'ensemble de l'éducation. C'est un début vers l'unité, qu'il faudra étendre. Le succès des manifestations du 29 janvier a montré le large rejet de la politique menée par Sarkozy. Or, il refuse de revenir sur ses contre-réformes et de « changer de cap ». La conclusion réaliste et pragmatique de ces faits, c'est qu'il faut une mobilisation forte, unitaire, et qui ne se limite pas à des journées d'action isolées.

      Les travailleurs de Guadeloupe ont montré la voie : unité et grève générale. C'est cela qu'il faut réaliser, et si malgré ça le gouvernement persistait toujours à opposer un mur face aux revendications majoritaires, il faudrait clairement un approfondissement de la lutte pour vaincre ce pouvoir, c'est-à-dire le faire partir.
      Il ne faut toutefois pas se leurrer : Sarkozy n'est pas responsable de toutes les régressions actuelles, son départ ne résoudrait pas tous les problèmes. C'est au système qui permet à Sarkozy d'agir de la sorte qu'il faut s'en prendre, au manque de démocratie.

      Au delà, les travailleurs du monde sont actuellement victimes de la même crise, qui est une crise du système. Le problème est bien le système capitaliste en lui-même, plutôt que tel ou tel de ses rouages. Face à la crise mondiale d'un système mondial, il faut une riposte mondiale des travailleurs, permettant d'aller d'un système hiérarchique et capitaliste vers une société démocratique et socialiste.

      Critique Sociale.

      mondialiste

      Number of posts : 120
      Registration date : 2008-06-01

      Re: Succès du 29 janvier : quelles suites ?

      Post  mondialiste on Fri Feb 13, 2009 1:44 am

      Plus de deux millions dans la rue pour protester contre la crise et demander que le gouvernement fasse quelque chose, ou plutôt qu’il fasse autre chose. C’est bien que les travailleurs n’acceptent pas tout ce que le capitalisme leur impose mais, à vrai dire, il n’y a rien que le gouvernent - n’importe quel gouvernement - puisse faire pour empêcher la crise de se développer.

      Le capitalisme ne peut être contrôlé par une action gouvernementale, quelle que soit sa dureté ou sa résolution. Le capitalisme est un système qui fonctionne selon ses propres lois économiques, lois qu’aucun gouvernement ne peut changer ; c’est un système de profit qui engendre tout normalement des cycles boom-crise, boom-crise selon que le taux de profit monte ou tombe. Des crises économiques sont donc inévitables de temps en temps et les gouvernements ne peuvent rien pour les éviter.

      Aujourd'hui, après la crise financière on entre dans la phase de stagnation du cycle et ni l’austérité ni la relance par l’augmentation du déficit public ou de la consommation populaire ne peuvent arrêter que les licenciements et le chômage se répandent. La période de stagnation ne prendra fin avant que les stocks de marchandises qui se sont accumulés soient vendus, que les entreprises peu performantes soient éliminées, que la valeur du capital investi soit dépréciée, et que les salaires réels soient diminues - en bref, avant que le taux de profit ne remonte. En l’attendant le gouvernement ne peut rien faire sauf attendre. Bien entendu, il peut essayer de faire quelque chose mais si cela va à l’encontre du fonctionnement normal du capitalisme il risque de prolonger la stagnation.

      Les syndicats et la gauche « antilibérale » critiquent ce système mais ne proposent que des réformes qui, intentionnellement ou non, le perpétuent. Tenter d’aménager ce système en faveur des salariés, d’en adoucir les effets, en un mot, de l’« humaniser », c’est demander à un tigre de brouter du gazon.

      Par sa nature même, le capitalisme ne peut fonctionner que comme système de profit dans l’intérêt de la minorité capitaliste qui possède et contrôle les moyens de produire la richesse sociale. Une constatation s’impose donc : aucun aménagement, aucune mesure, aucune réforme, n’ont pu (et ne le pourront d’ailleurs jamais) subordonner l’économie capitaliste à l’intérêt général et, donc, changer quoi que ce soit à la position de victimes du capitalisme de la majorité salariée.

      Pour en finir avec les problèmes qui nous accablent, il faut revendiquer comme seule solution réaliste et immédiate, l’instauration d’un système de société où la communauté tout entière possédera et administrera démocratiquement, dans son propre intérêt, les moyens de production. Sur cette base on pourrait produire directement pour satisfaire les besoins et non plus en vue d'un profit monétaire. Dans un tel système on n’aura plus besoin ni de banques ni de l’argent pour faire démarrer la production - et les crises cycliques sera impossible

        Similar topics

        -

        Current date/time is Fri Dec 09, 2016 6:02 pm