International Luxemburgist Forum - Foro Luxemburguista Internacional - Forum Luxemburgiste Intl

Forum for those in general agreement with the ideas of Rosa Luxemburg.
Foro para aquellos que tienen un acuerdo general con las ideas de Rosa Luxemburgo.
Forum pour ceux qui ont un accord général avec les idées de Rosa Luxembourg.

Translations

Log in

I forgot my password

Navigation

Latest topics

» Critique Sociale
Mon Sep 05, 2016 11:54 am by Atreides

» QUÉ HACER ANTE UN CUERPO SOCIAL EN DESCOMPOSICIÓN
Thu Sep 01, 2016 11:35 am by francisc

» EL BREXIT EL AUTO GOLPE Y EL YIHADISMO
Mon Aug 01, 2016 11:25 am by francisc

» ¿PUCHERAZO?
Tue Jun 28, 2016 9:45 am by francisc

» 18 de Junio: MANIFESTACIÓN EN DEFENSA DE LO PÚBLICO
Mon Jun 06, 2016 11:42 am by luxemburguista

» Contre la "loi travail", passons à la vitesse supérieure !
Wed Mar 30, 2016 6:03 am by Atreides

» Reunion Publique du CCI
Tue Jan 05, 2016 3:00 pm by rubion

» EL CONTEXTO PRESENTE Y FUTURO DE CATALUNYA DEBE DE BASARSE EN LOS CIUDADANOS Y NO EN PACTOS
Tue Jan 05, 2016 10:05 am by francisc

» LA ENCRUCIJADA SIRIA
Sat Jan 02, 2016 11:25 am by francisc

Who is online?

In total there are 2 users online :: 0 Registered, 0 Hidden and 2 Guests

None


[ View the whole list ]


Most users ever online was 368 on Sun Feb 19, 2012 3:15 am

Statistics

Our users have posted a total of 4399 messages in 1407 subjects

We have 189 registered users

The newest registered user is sebastianIII


    reunion publique du CCI en mai

    Share

    rubion

    Number of posts : 60
    Registration date : 2008-09-19

    reunion publique du CCI en mai

    Post  rubion on Tue May 17, 2011 2:53 pm

    Le CCI organise dans différentes villes des réunions publiques sur le thème :

    Pourquoi les prix vont continuer d’augmenter et nous, de nous appauvrir ?

    D’un coté, les mesures d’austérité attaquent impitoyablement nos conditions de vie. De l’autre, les prix s’envolent. Chaque jour qui passe voit les factures de gaz, d’électricité, de fuel, d’essence… augmenter. Certaines denrées alimentaires sont en passe de devenir inaccessibles. La misère explose au cœur même de l’Europe. Pourquoi ? La faute a qui ? Aux ‘aléas climatiques’ ? Aux ‘méchants spéculateurs’ ? Au gouvernement de droite en France ou au gouvernement socialiste en Espagne ? Non ! il s’agit d’une chose bien plus profonde : l’économie capitaliste est un train de plonger dans une crise gravissime, incurable et historique.

    Vous êtes les bienvenus (es) pour participer au débat

    Sur Lyon : samedi 21 mai à 17h. Au CCO, 39 rue G.Courteline à Villeurbanne (bus : 27, 37,38, arrêt Antonins)

    Sur Toulouse : le samedi 28 mai à 15h, grande salle Castelbou, 22 bis, rue Léonce-Castelbou (dans la cour) Métro B -Compans-Caffarelli

    Sur Marseille : le samedi 28 mai à 17h Association Milles Bâbords, 61 rue Consolât (Métro Reformé)

    Rubion. Lecteur de revolution internationale http://fr.internationalism.org/


    ElIndio

    Number of posts : 341
    Group : Réseau Luxemburgiste International/International Luxemburgit Network
    Website : luxemburgism.lautre.net
    Registration date : 2008-04-16

    Re: reunion publique du CCI en mai

    Post  ElIndio on Tue May 17, 2011 3:48 pm

    Salut Rubion,

    Bien qu'ayant des désaccords avec le CCI, je lis régulièrement les articles (le dernier est celui sur le manga qui présente le capital de Marx). Je suis ravi de voir que vous continuez vos réunions, en espérant que ce genre de pratique se répande.

    mondialiste

    Number of posts : 120
    Registration date : 2008-06-01

    Re: reunion publique du CCI en mai

    Post  mondialiste on Sat May 21, 2011 10:04 pm

    rubion wrote:Non ! il s’agit d’une chose bien plus profonde : l’économie capitaliste est un train de plonger dans une crise gravissime, incurable et historique.
    Il y une crise capitaliste. C'est une évidence. Mais quelle est la signification de cette crise ? Est-ce qu'il s'agit, comme le CCI prétend, d’une manifestation d'une crise mortelle du capitalisme, asphyxié par le manque de débouchés pour sa production ?

    D’après eux, la crise actuelle représente l’effondrement de la politique poursuivie par les capitalistes pour surmonter un manque chronique de débouchés :

    « Pour empêcher que l'économie ne soit à nouveau submergée par la surproduction et ne se bloque, ils ont eu recours à un artifice : l'endettement systématique et généralisé. Par cet endettement des Etats, des entreprises et des particuliers, « la demande » s'est maintenue à peu près au niveau de « l'offre » ; autrement dit, les marchandises se sont écoulées à coup d'emprunts. Mais l'endettement n'est qu'un palliatif, il ne guérit pas le capitalisme de la maladie de la surproduction. » (http://fr.internationalism.org/ri393/la_bourgeoisie_ne_peut_pas_eviter_la_faillite_du_capitalisme.html)

    Cette explication présuppose que le capitalisme souffre d’une maladie chronique de surproduction, d'un déséquilibre chronique entre l’offre et la demande, et effectivement c’est ce que le CCI croit:

    « Le capitalisme est déchiré par la contradiction suivante : la production en son sein ne se fait pas pour la satisfaction des besoins humains mais au contraire, a comme moteur essentiel la recherche du profit. Cette logique du profit s'exprime d'une part par la nécessité pour les capitalistes de soutirer un surtravail, une plus-value maximale à la classe ouvrière, ce qui est le rapport d'exploitation capitaliste, et d'autre part par le besoin impérieux de trouver des débouchés solvables pour la réalisation de ce surproduit, sous peine de ne plus être en mesure de poursuivre l'accumulation : l'absence de ces marchés provoque alors la crise de surproduction ( . . .)
    Comme ce ne sont ni les capitalistes ni les ouvriers qui peuvent réaliser cette partie de la production qui permettre l'accumulation, les capitalistes sont poussés à trouver des marchés en dehors de leurs propres sphères pour écouler ce surproduit. Telle est la raison des conquêtes coloniales. De même, c'est dans l'insuffisance de ces marchés eux-mêmes, devenus trop étroits à la longue que pour pouvoir absorber la masse croissante de plus-value, que les guerres impérialistes plongent leurs racines. Dès 1914, le capitalisme montre sa faillite : la saturation des marchés extra-capitalistes l'entraîne en effet dans une ère de décadence où son seul mode de vie possible est le suivant : crises, guerre, reconstructions . . . » (Internationalisme 70, novembre/décembre 1982).

    A première vue, cette thèse semble assez plausible, mais en l'examinant de plus près, on voit ses insuffisances, pour ne pas dire ses erreurs.

    Le défaut de ce raisonnement se trouve dans l'affirmation que « Ce ne sont ni les capitalistes entre eux, ni les ouvriers qui peuvent réaliser cette partie de la production qui permettra l'accumulation ». Evidemment, les travailleurs ne le peuvent pas - ils ne peuvent acheter avec leur salaire que la partie de la production qui correspond à la valeur de leur force de travail - mais pourquoi les capitalistes ne peuvent-ils le faire « entre eux » ?

    Imaginons qu'il n'existe que deux capitalistes, tous les deux ayant un surproduit à écouler. Qu'est-ce qui empêche qu'ils échangent leurs surproduits respectifs entre eux, ainsi réalisant la plus-value qu'ils contiennent ? Il est vrai qu'ils pourraient, tous les deux, aussi chercher des acheteurs extra-capitalistes, mais pourquoi seraient-ils obligés de le faire ?

    Cet exemple est très, même peut-être trop simplifié mais le principe reste le même indépendamment du nombre de capitalistes, qu'ils soient deux ou deux cents milles. C'est donc par les échanges intra-capitalistes que la plus-value se réalise, ou du moins peut en principe se réaliser car les marchés extra-capitalistes ont effectivement joué un rôle important dans la naissance et le développement du capitalisme mondial.

    Cette théorie de « l'écroulement du système capitaliste » est trop forte, à tel point qu'il faut expliquer comment le capitalisme a jamais pu exister et certainement comment il a pu exister depuis 1914, date à laquelle le CCI fixe « la saturation des marchés extra-capitalistes ». Le CCI a une réponse : le capitalisme survit depuis cette date grâce à une série de périodes de « reconstruction » après des guerres dans lesquelles une partie de la richesse sociale a été détruite. Mais cela ne tient pas, car, d'après la théorie elle-même, même la reconstruction - que les capitalistes entreprennent bien entendu en vue de réaliser des profits - ne devrait pas être possible en l'absence de marchés extra-capitalistes.

    On peut même dire que le fait que le capitalisme a survécu presque cent ans après la disparition des marchés extra-capitalistes - et effectivement de tels marchés ont pratiquement disparu vers 1914 - est la preuve que le capitalisme n'en avait pas un besoin vital.

    Cela dit, dire que le capitalisme peut écouler dans son propre sein toute sa production, y compris la partie représentant la plus-value soutirée aux travailleurs, n'est pas dire que ceci se fait sans problème. Loin de là. Comme la crise actuelle le montre, l'accumulation du capital n'est pas un processus régulier et continu, mais un processus cyclique avec des hauts et des bas, des périodes de boom des périodes de stagnation successives. La croissance sous le capitalisme se fait en dents de scie et ne peut se faire autrement vu l'anarchie de production qui y règne.

    De plus, accepter que le capitalisme ne s'effondrera pas de lui-même n'affaiblit pas la cause socialiste. Le capitalisme reste un système dépassé, « décadent » si l'on veut, dans le sens historique : dès le début du siècle il avait rempli son rôle de construire le fondement matériel pour une société mondiale d'abondance, mais il n'a pas été capable d'en faire profiter l'humanité puisque c'est un système basé sur le monopole des moyens de production dans les mains d'une minorité et orienté vers la recherche de profits et non pas vers la satisfaction des besoins humains.

    Donc, il ne s'agit pas d' « une crise gravissime, incurable et historique » du capitalisme. De toutes façons la crise finale du capitalisme ne sera pas économique mais politique et elle arrivera dès qu’une majorité de la classe travailleuse décide de se débarrasser du système. Le capitalisme ne s'effondrera jamais de lui-même ; il continuera de crise en crise jusqu'au moment où les travailleurs s'organiseront consciemment pour y mettre fin par un acte politique.

    Sponsored content

    Re: reunion publique du CCI en mai

    Post  Sponsored content Today at 9:00 pm

      Similar topics

      -

      Current date/time is Wed Dec 07, 2016 9:00 pm